The End of the F***ing World est une crise d’ado tarantinesque jouissive et touchante

Coup d’essai, coup de maître pour Jonathan Entwistle. Il est conseillé d’être à jour sur la série avant de poursuivre la lecture de cet article. "Je m’appelle James. J’ai 17 ans. Et je suis presque sûr d’être un psychopathe." Dès la première minute du pilote, qui résume par un montage rapide et bien foutu pourquoi cet ado chelou pense être un tueur en puissance, The End of the F***ing World a toute notre attention. Voix off à la Dexter, musique ... [Lire la suite]