Atlal, des rêves de dessous les ruines

Le jeune cinéaste Djamel Kerkar, 30 ans, a immortalisé, dans des plans francs, frais et sensibles, cette rage de vivre, les traces d’un drame et les respirations et aspirations de la population meurtrie dans sa chair. Il en a fait un film documentaire, Atlal (Ruines), projeté dans la soirée de dimanche dernier dans le cadre des Rencontres cinématographiques de Béjaïa. La caméra de Djamel Kerkar s’est posée au milieu de gens simples qui ... [Lire la suite]