A la Berlinale, Fatih Akin invite le “gore” très, très crade

Premier choc – et première controverse critique – de la compétition du 79ème Festival de Berlin : le “biopic” ultra sordide de Fatih Akin consacré à un serial killer de Hambourg. Difficile de ne pas voir dans “Der Goldene Handshuhe” un portrait au vitriol d’une Allemagne poursuivie par ses démons. ... [Lire la suite]